Trouver mon parcours vélo

Il n'existe aucune étape correspondant à vos critères

Vous êtes ici : Accueil A découvrir sur l'itinéraire Le Canal du Midi

Le Canal du Midi

C'est un joyau de l'ingéniosité française qui relie par voie d'eau Toulouse à la Méditerranée sur près de 250 km. Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, le Canal du Midi est aujourd'hui prisé des plaisanciers et des randonneurs. L'itinéraire cyclable y est en cours de réalisation, lisez attentivement les détails du parcours.

L’idée d’un canal des deux mers était déjà d’actualité sous l’empire romain, il était important de faciliter les déplacements du matériel, des vivres et des hommes sans devoir contourner la péninsule ibérique pour rejoindre la façade atlantique. Ces échanges permettraient de mieux contrôler militairement et politiquement cette toute jeune province romaine. Des coûts de réalisation astronomiques et des problèmes techniques eurent raison de tous ceux de Néron à Henri IV qui tentèrent l’aventure.
 

Il fallut attendre le XVII è siècle et l’arrivée de Pierre-Paul Riquet pour que le projet puisse voir le jour. Les plans du canal ont commencé à prendre forme en 1662. Puis après 14 ans de travaux, il est achevé en 1681 grâce au travail de plus de 12 000  hommes et femmes. Il est aujourd’hui le plus ancien canal d'Europe encore en fonctionnement.

Le Canal du Midi en chiffres

  • 240 km de longueur
  • 14 ans de travaux (1666 - 1681)
  • 350 ouvrages d’art dont 63 écluses, 126 ponts, 55 aqueducs et 7 ponts-canaux
  • 12.000 ouvriers au plus fort de la construction pour excaver à la force des bras et à la pioche les 7 millions de m3 de terre et de gravats.
  • Mise en service : 1681

En 1857, le Canal latéral à la Garonne, reliant Bordeaux à Toulouse est réalisé et permit ainsi aux navires de passer de l’océan Atlantique à la mer Méditerranée, leur évitant le contournement de la péninsule Ibérique.

Durant près de deux siècles, le Canal connut une exploitation florissante dans le transport des marchandises et des personnes. Le trajet Toulouse-Sète pouvait prendre jusqu’à 8 jours pour les marchandises et 4 jours pour les passagers.
 

Jusqu’à l’avènement du chemin de fer au milieu du XIXe siècle, le canal ne connut aucune concurrence. A partir de cette période, le transport fluvial connut un lent déclin, d’abord à la fin du XIX è siècle en abandonnant au rail le transport des voyageurs, puis en 1989 en arrêtant le transport du fret. Depuis cette date, le Canal qui sert aussi pour l’irrigation des terres avoisinantes, doit essentiellement son salut au tourisme fluvial (100.000 voyageurs par an environ) et aux nombreux randonneurs à pied ou à vélo.
 

Son classement en 1996 au patrimoine mondial Unesco assure son devenir et sa transmission aux générations futures.

 

Le canal et Pierre-Paul Riquet

Il fallut attendre le XVII è siècle et l’arrivée de Pierre-Paul Riquet pour que le projet puisse voir le jour.

La naissance du Canal se confond alors avec l’histoire de son inventeur Pierre-Paul Riquet.

Né à Béziers en 1609, il est le fils ainé de Guillaume Riquet, notaire et procureur de Béziers mais aussi un opposant farouche à la construction du projet du Canal des 2 mers en ce début de XVII è siècle.

Après ses études, Pierre-Paul intégra l’administration des gabelles où il fit carrière et fortune en prélevant l’impôt sur le sel. Rappelons qu’à cette époque, le sel servait à la conservation des aliments (viandes, poissons) mais aussi à l’alimentation du bétail et était donc un élément stratégique. A ce titre, il faisait l’objet d’un monopole royal et le collecteur de cet impôt appelé « fermier » payait le roi puis se rétribuait largement auprès de la population.

Par la suite, Riquet occupa également la charge très lucrative de munitionnaire des armées du roi en Catalogne et à ce titre était chargé de fournir vivres et munitions aux troupes.

Installé dans sa propriété de Verfeil (31), et sa fortune faite, il aurait pu y couler des jours tranquilles, mais à l’aube de soixantaine, toujours ambitieux, il est à la recherche de reconnaissance et de postérité. Il les trouvera dans la réalisation de ce projet Dantesque qu’est le Canal des deux Mers et le poursuivra jusqu’à son dernier souffle.

Menant études et expériences de faisabilité, il obtint le soutien de Colbert et l’aval de Louis XIV pour sa réalisation.

Impliqué tant dans la conception que la réalisation et le financement, le « Seigneur du Canal » y engloutit plus que sa fortune personnelle et n’en vit jamais l’achèvement qui fut inauguré sept mois après sa mort.

L'itinéraire au fil du Canal du Midi